Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios qui n'existent plus

Accueil

L'idée de mettre en ligne des archives radiophoniques belges est née en 2009 avec une page facebook consacré à une collection d'autocollants de radios libres belges disparues. Deux ans plus tard, après un bref passage par un blog, l'idée s'est imposée de passer à la vitesse supérieure via un site internet qui pouvait réunir à la fois différents visuels de radios mais aussi des extraits sonores et d'anciennes émissions.

 

Démarche éditoriale 

Ce site internet a pour ambition de mettre gratuitement à disposition du public des archives sonores et visuelles des radios libres belge.

L'objectif d'Archivesradios est de préserver l'histoire des radios libres belges francophones.

Les radios libres représentaient l'expression de la diversité culturelle et de la liberté d'expression de l'époque.

A ce titre elles symbolisent un élément important du patrimoine et de l'histoire de la Belgique tant par leur diversité musicale que par la liberté de ton de leurs émissions.                   

Les enregistrements des radios libres ont été faits à l'époque par des animateurs, des responsables de radios ou des particuliers pour leur plaisir sans aucune précaution particulière. Ce sont ces sons qui sont mis à l'écoute sur ce site de manière à respecter au mieux l'authenticité des sons émis sur la bande FM au moment où ils ont été diffusés.

Nous estimons que ces archives font partie du patrimoine culturel du pays et la conservation de leur mémoire est d'autant plus nécessaire que ce travail n'avait jamais été réalisé auparavant. Si de nombreux articles, forcément incomplets, ont été écrits sur l'histoire des radios libres, jamais un site internet n'a regroupé autant d'éléments sur le sujet.

Notre souhait est pouvoir retrouver un maximum de documents oubliés, abandonnés dans une caisse à la cave ou au grenier et de les numériser afin qu'ils soient disponibles pour ceux qui souhaitent se replonger dans cette période, la découvrir, ou simplement étudier ce phénomène culturel et médiatique des années 80 et 90.

Nous sommes toujours à la recherche d'archives (logos, articles de presse, enregistrements divers...) Vous pouvez le cas échéant nous contacter pour nous faire parvenir vos archives (que nous vous rendons après les avoir numérisées).                                                     

De nouveaux documents sont régulièrement ajoutés au site.

Nous vous invitons à nous rendre visite régulièrement. N'hésitez pas à nous donner votre avis, à glisser un commentaire ou à nous faire une suggestion.

accueil archivesradios.be

la FM bruxelloise en octobre 1985

 Cet article du quotidien La lanterne, d'il y a 30 ans illustre bien l'encombrement des ondes bruxelloises dans les années 80. Alors que les normes techniques imposent un écart de 300khz (idéalement même 400 khz) entre chaque radios, on voit ici que des écarts de 100khz et parfois moins sont courant tant le nombre de radios était important dans la capitale à cette époque, même si ces radios étaient parfois éloignées géographiquement les unes des autres et n'émettaient, pour certaine d'entre elle, que dans un quartier.

On peut facilement imaginer les brouillages et les difficultés, pour les auditeurs, de pouvoir capter leur radio préférée.

Dans les faits seules quelques radios qui avaient les moyens d'utiliser de fortes puissances et qui avaient les antennes les mieux situées (sur des buildings) parvenaient às e faire entendre plus ou moins convenablement, il s'agissait des "grosses" radios commerciales  comme Radio Contact, SiS, FM le Soir, Fréquence 1 et Fréquence Elle et du côté des radios communautaires Radio Judaïca. Cette situation est principalement dû au fait que beaucoup de radios étaient ouvertes en dépit du bon sens au gré des disputes et divergences de vues, qui entrainaient souvent la création d'une radio concurrente par les dissidents

Note: La Contact Plus de cette liste si elle était bien une station de la galaxie Contact, n'avait rien à voir avec son homonyme du début des années 2000. Il s'agissait ici d'une station diffusant sur cassettes , des informations et des petites annonces.