Get Adobe Flash player

Infos de la FM bruxelloise en 1983

A partir du mois d'octobre 1982, le quotidien La Lanterne (aujourd'hui La Capitale) publiait chaque lundi des informations sur les radios libres bruxelloises.

Nous vous proposons une retranscription intégrale de ces informations telles qu'on pouvait les lire à diverses époques dans la Lanterne.- ici en mai et juin 84 - Une manière de se replonger dans le quotidien et les préoccupations des radios libres de l'époque dont certaines d'entre-elles existent encore aujourd'hui.

Pour cette fois ci nous vous proposons un série d'informations sur ce que faisaient les radios locales bruxelloises pour les élections européennes qui se déroulait le dimanche 17 juin 1984.  De plus en plus les radios, petites et grandes, comprenaient l'importance d'être présente sur le terrain de l'information politique, et crédibilisait aussi leur existence auprès des décideurs politiques à la veille de leur futures reconnaissances

il est aussi intéressant de connaître le contexte de l'époque :

- Les radios étaient tolérées mais pas encore légalisées, elles pouvaient, petites ou grandes stations,  à tout moment se faire saisir leur matériel haute et basse fréquence.

- La Bande de fréquences réservée aux radios libres était comprise entre 100 et 104 Mhz (elle sera bientôt ouverte au dessus du 104.0 Mhz) 

- Légalement la puissance autorisée était toujours de 100w rayonnées (à la sortie de l'antenne), une puissance que bien peu de radios respectaient à cause de l'encombrement des ondes.

 

 

*Au départ, le monde politique avait très peur de voir les radios locales s’occuper de « ses » affaires ou de s’engager fort dans l’une ou l’autre direction. Et, en effet, certaines stations sont tombées dans le piège de la politisation à outrance La plupart d’entre elles sont mortes de leur plus belle mort parce que justement le public attendait une autre information de leur part

A quelques semaines des élections européennes, on peut constater que la plupart des stations qui disposent d’un servie d’information organisé préparent ce scrutin avec soin et une extrême objectivité.

C’est ainsi que « Radio Contact » a déjà fait connaitre la manière dont elle compte traiter ce sujet, tout comme « SiS » et « Bruxelles Inter » Dans chacun de ces cas, la grille annoncée montre une très juste répartition des temps d’antenne entre les différentes listes en présence.

Nous vous proposons une sélection d'informations parues dans le quotidien La Lanterne qui publiait chaque lundi à partir de la fin 1982,  une page consacrée aux radios libres.

Nous avons choisis des infos qui reflètent le mieux possible la variété du paysage radiophonique de la capitale, avec des radios qui existent toujours (Radio Contact, Radio air-Libre) , qui ont changées de nom (Radio Freedom)  ou qui ont disparues, avec aussi de grandes radios et des stations qui n'émettaient que pour un quartier.

On peut voir que l'on parlait déjà de reconnaissance officielle mais aussi de brouillages entre radios et, malgré l'encombrement des ondes, de naissance de nouvelles radios. (un phénomène qui n'a fera que progresser).

Toutes les infos sont la copie fidèle des articles d'époque (1er trimestre 1983)

 

*« Radio Star », qui se veut indépendante de toutes les associations de radios libres, prépare une nouvelle grille de programmes qui augmentera le nombre d’heures d’émission en langue néerlandaise. La station va lancer une nouvelle émission-vedette, « Les fous du décibel », présentées par Max et Steve, le dimanche de 10h à 13h. quant à Patrick il présentera « Musicalement vôtre », une émission de nouveautés et de vieux machins le dimanche de 13 h à 16h.

*Au début de cette année une nouvelle station verra le jour à Molembeek. Elle sera fondée par le « père » de « Radio Sunset », Alain Lilet. Il est partisan de petite radio strictement locales soutenues par une publicité de « quartier » et considère que le monopole de fait des « grosses stations » fausse les règles. D’autre part, il souhaite que les animateurs soient rétribués ce qui justifie la nécessité de publicité

*Alain Lilet, le principal responsable de « Radio Sunset », qui dispose d’un des plus beaux studios de Bruxelles, n’est pas heureux. Voulant respecter les règles imposées, il constate qu’il est coincé entre Maéva » et « Contact » qui écrasent la plage. Comme un ennui ne vient jamais seul, voilà qu’il constate qu’une autre station plagie l’émission Sud Est » de Stéphane

 *La publicité apparait comme de moins en moins comme la panacée en matière de radios libres. C’est ainsi que la plupart des stations qui avaient signés des accords avec des régies tentent de trouver des moyens pour les renégocier. Pourquoi ? Parce qu’elles ne rapportent pas assez et qu’elles constatent que des petites radios, qui travaillent avec leurs propres courtiers, font de meilleures affaires qu’elles

*Décidément, le problème du statut des animateurs de radios libres reste posé. Ainsi une très importante station bruxelloise, dont nous taisons provisoirement le nom, n’a jamais fait signer de contrat à ses animateurs tout en les payant et en ayant demandé leur numéro de compte de pension. Comme ils peuvent être remerciés du jour au lendemain, quelles vont être leur relation avec l’O.N.Em.Quant à la concurrence de la station évoquée, elle a bien fait signer des contrats en bonne et due forme. Mais, comme la publicité ne rentre pas, elle a déjà annoncé qu’un des deux prochains mois ne pourrait êtrre payé. Ce qui n’a pas fait plaisir faut-il le dire.

*Coup dur pour Ricky Fox. Il organise le mois prochain, une grande soirée de la Saint-Valentin. Mais l ne peut pas en parler sur antenne. En effet, Radio contact » organise, deux jours avant, une grande soirée de carnaval et ne veut pas soutenir le concurrence, même si celle-ci est payante.

*Nous sommes en mesure de révéler le nom de cinq premières stations qui vont incessamment recevoir  leur licence. Il s’agit de « Radio Air Libre », « Radio Saint-Josse », « Radio Z’Alternatives », »Radio 104 » et « radio Micro-climat ». toutes sont membres de l’A.LO. et ne cachent pas leurs options d’extrême gauche.bLa fournée suivante comprendrait Radio Marolles » et « Paradisio » (ex CTR). En ce qui concerne cette dernière, rien n’est plus normal, vu son rôle social incontestable. En revanche le choix des autres montre une volonté politique délibérée d’appuyer certaines tendances au détriment d’autres

*Une nouvelle station vient d’apparaître sur la bande des radios libres : « Manathan Pacific ». Elle diffuse énormément de musique avec un minimum de bla-bla. Ses petits camarades s’inquiètent déjà : Cette station a-t-elle demandé sa licence ?

*Il existe à Bruxelles, un studio tout beau, tout prêt, qui néanmoins, ne fonctionne pas ; c’est celui de « Radio Jazz club » dont les dirigeants ont décidé d’attendre que le statut des radios locales soit définitivement établi. Ils ont également demandé une licence mais préfèrent rester silencieux car ils n’ont nulle envie de voir leur précieux matériel aller grossir les collections d’émetteurs qui pourrissent dans les caves du palais de justice. Faut-il dire qu’une fois qu’elle aura la possibilité d’émettre, cette station a bien l’intention de se spécialiser dans la musique de jazz.

*« Radio Sphère »une petite station du quartier de la Roue à Anderlecht préparerait son déménagement pour s’installer dans les proches environs de la rue Wayez. Il semble que les dirigeants de la station veuillent combler le vide laissé par la disparition de « Wayez Inter ». Ils pourraient, toutefois, trouver un concurrent. Car le mât de « Wayez Inter » existe toujours… 

*« Radio Gamma » qui émet sur 100.8 FM et qui limite volontairement son audience à la commune d’Evere et ses abords lance une nouvelle émission spécialement consacrée aux animaux. Elle durera une heure trente quotidiennement et s’appellera « S.O.S Panthére rose »

*La prochaine réunion du G.RIB, qui tiendra mercredi prochain, a inscrit à son ordre du le problème posé par le statut préférentiel donné aux membres de l’A.L.O. par le conseil des radios locales. Mais pourquoi, soudainement, les responsables du G.R.I.B s’affolent-ils, alors qu’ils été les premiers à introduire, dans leurs stations, des animateurs dont les tendances favorables à l’association étaient bien connues et d’ailleurs n’ont jamais caché leurs opinions ?

*Sur « FM Inter », l’émission qui « monte » est Magazine inter animée par Gil tous les vendredis, de 21 à 23 heures. Il y présente l’actualité discographique et a eu l’idée d’y joindre des billets féminins, économique et de politique internationale, faits pas de vrais professionnels de l’information.

*Radio Kiss est occupée à préparer une grande « fête de printemps ». Elle veut en fait faire une sorte de super drive-in show, qui lui permette de montrer qu’elle, aussi, peut réunir beaucoup de monde.

*La « Sobemap » s’est vu commander un nouveau sondage d’opinion destiné à calculer les taux d’écoute des radios libres à Bruxelles.

*Le procès que la RTBF a intenté contre « Radio Contact » et S.i.S. risque d’être beaucoup plus dur que celui que la radio nationale avait intenté à R.B.M. Il ne fait aucun doute que la RTBF veut se servir du jugement de Liège pour faire jurisprudence et casser le mouvement des radios libres et out au moins, pour détruire la concurrence des plus fortes d’entre elles.Mais les deux stations bruxelloises se sont entourées de conseils particulièrement compétents qui sont bien décidés à engager une bataille juridique qui pourrait durer beaucoup plus longtemps qu’on ne le croit généralement.

* « Manhattan Music », une station bilingue de la périphérie, présente une nouvelle grille d’émissions dans laquelle on retrouve Tony Lecoq, de 12 à 14 heures, Alain Chevalier de 19 à 20 heures pour le Funk rock et, surtout, Lydia de 14 à 16 heures, qui s’attache à présenter une émission très sentimentale.Celle-ci ne comprend que des slows français et anglais, de manière à faire rêver les gens et à les sortir de la grisaille quotidienne.

* « Radio Freedom », une station de Woluwé-Saint-Pierre, spécialisée dans l’aide aux handicapés a été saisie. Installée dans une cité où logent de nombreux moins-valides, cette radio leur apportait une aide efficace. Actuellement, elle doit émettre avec des moyens de fortune/ pour tenter de réunir l’argent nécessaire à l’acquisition d’un nouveau matériel d’émission, « Radio Freedom » organise le vendredi 28 octobre une soirée de solidarité au 86 rue de l’église à Stockel. Celle-ci sera surtout axée sur le jazz et sera animée par Bob Constant. D’autre part, tous ceux qui souhaitent apporter une aide à cette station peuvent écrire à « Freedom » rue de l’angle Jaune 87, boîte 43, 1150 Bruxelles

*« Radio Kiss», va sortir de ses murs ; la station va participer à diverses animations et activités culturelles. Tout sera axé sur le direct et le contact avec l’auditeur.

 

*« Manhattan Pacific »,est une station sise à Vilvoorde, en pleine région flamande. Ce qui va poser un problème légal amusant : cette station dépend -elle de l’exécutif francophone, puisque ses émissions sont en français ou au contraire, es- elle dépendante de l’exécutif de la région flamande puisqu’elle est sise sur son territoire ? Même en matière de radios locales les farces et attrapes de la régionalisation entraînent des complications…

*Décidément « FM Inter » n’a pas de chance. « Radio Continentale » vient de lui ravir son canal de 102.9 en émettant sur cette même longueur d’ondes avec très grosse puissance. FM Inter a dû déménager et se trouve maintenant sur 102.3

*« Radio Air Libre » a obtenu un avis favorable du conseil des radios locales. Toutefois certaines réserves ont été émises quant à des émissions en direct par téléphone qui abordent parfois « le sexuel

*Les dirigeants de « Radio Continental » ont pris contact avec ceux de « Fm Inter » pour leur demander de leur céder le canal 102.3 FM. Ce qui pourrait être un simple échange de courtoisie devient plus difficilement acceptable quand on sait que la même « radio continentale » s’est installée sur 102.8 qui était le canal de « Fm Inter » avec un émetteur très puissant, obligeant justement cette station à trouver refuge sur une autre bande. Le procédé est d’autant plus déplaisant que les gens de « FM Inter » se sont toujours montrés très coopératifs avec les autres stations. C’est ainsi qu’ils avaient prêté leur antenne à Radio Kiss » quand le mât de cette dernière avait été abattu.

*L’émetteur néerlandophone de « Radio Paradisio » a été mis sous scellés. Les mauvaises langues affirment qu’une autre station flamande ne serait pas étrangère à cette action

*Après le succès de sa soirée au « Cosmos », Bernard olivier de « Radio Contact»,  en annonce une autre avec en vedette, Claude Barzotti, le créateur de « Je pense à vous madame » . elle aura lieu le 269 mars à 21 heures à la salle Arlequin, Galeries Louise.

* « Radio Josaphat », une petite station mise au point pas des jeunes schaerbeekois, a profité de la panne de son émetteur pour « faire un peu de ménage » et améliorer ses installations. Cette petite station qui existe depuis le 15 novembre 1981, se complaît dans sa vocation strictement locale. Elle ne veut couvrir que le bas de Schaerbeek et Saint-Josse.

 *Les stations qui ont rentré leur demande de licence en retard se demandent si elles vont, malgré tout, pouvoir participer à l’étude du conseil des radios locales ’est notamment le cas de « Station Wayez Inter » qui a rentré sa demande après le 20 décembre et à reçus le numéro 35a

*« Radio Contact», vend une partie de son matériel ; il s’agit de deux émetteurs, d’antennes et de matériel de studio. La station semble vouloir se débarrasser de matériel en surnombre. 44Fm inter connaît des problèmes ; Après avoir dû deux fois remonter son mât, cette station a reçus la visite des fonctionnaires du Spectre parceque son émetteur faisait des harmoniques. Ce qui a entraîné un arrêt d’émission de trois jours. Le temps de réparer l’émetteur.

*Les choses s’annoncent bien pour « la voix de l’Islam ». Cette (Future) station a déjà reçus le visite d’un délégué du conseil des radios locales, membre de l ALO bien entendu, qui a déclaré « votre station correspond à l’intérêt d’une ethnie » Ce qui annonce un appui au sein dudit conseil

 

 

 

PV Association pour la Libération des Ondes

 

  Nous vous proposons un document exceptionnel, car non public, il s'agit d'un PV du bureau de l'Association pour la Libération des Ondes (ALO) de 1982 qui était la première, et encore à l'époque, la plus importantes fédération de radios libres en Belgique.

Ce PV reflète bien la situation de l'époque où les radios qui fonctionnaient sur le modèle associatif, non commerciales et indépendantes des partis politiques, préconisé par l'ALO, étaient de plus en plus écrasées par les émetteurs commerciaux. Ces radios réunies dans le GRIB (Groupement des Radios Indépendantes de Belgique) bénéficiaient de moyens techniques importants, et leur nombre augmentait sans cesse sur une bande FM toujours comprise entre 100 et 104 Mhz. C'est ce qu'on a appelé "la guerre des ondes" 

Cette guerre à pris diverses forme et l'une d'entre elle était le brouillage par l'ALO des radios commerciales et de la plus emblématique d'entre elle : Radio Contact*

Cette action avait pour but de contraindre les radios brouillées à baisser la puissance de leurs émetteurs afin de permettre une bande FM plus ouverte à un grand nombre de radios. Ces PV sont aussi un morceau d'histoire avec l'allusion à l'arrestation de Roger Noël alias "Babar", le président de l'ALO, en Pologne lors d'une tentative de livraison d'un émetteur FM au syndicat clandestin Solidarnosc.  Plus de détails sur cette affaire ici

 

Note : C.R.L. = Conseil des radios locales (l'ancêtre du CSA).

 

          Afin de préserver l'identité des participants au bureau de l'ALO nous avons masqués leur nom de famille 

 

  * Un débat avait eu lieu au sein du bureau de l'ALO sur le brouillage de Radio Contact ou de Station Indépendante Satellite (SiS), les 2 stations les plus emblématiques des radios commerciales.

Le choix s'était porté sur Radio Contact en raison de sa popularité et de l'impact de ces brouillages.

 

 

 

 

 

 

Règles d'antennes

  Si ces "règles d'antenne" sont spécifiques à une radio franchisée (réseau Ciel), elles ne différent pas énormément à ce qu'on pouvait trouver (et qu'on trouve encore) dans des radios locales, tenant compte bien sûr des évolutions technologiques.

On peut voir qu'on est loin ici des premières radios libres spontanées de la fin des années 70. La publicité et la concurrence ont fait leur apparition, et on a affaire maintenant à des radios qui fonctionnent comme des petites entreprises.