Get Adobe Flash player

26 décembre 1983

En 1983, le quotidien La Lanterne (aujourd'hui La Capitale) publiait toutes les semaines des informations sur les radios libres bruxelloises. Celles-çi datent toutes du 26 décembre 1983 et reflètent bien de la diversité des stations qui émettaient dans la capitale et leur tentative de se démarquer en proposant des programmes plus ou moins originaux. 

A l'époque la bande réservée aux radios non-publiques est toujours comprise entre 100 et 104.0 MHz avec déjà un grand nombre de stations et une course à la puissance. La quasi totalité des radios ne sont pas encore autorisées et risque des saisies. (ce qui ne manquera pas d'arriver par la suite) comme le laisse supposer l'info sur les contrôles de la RTT

note: Bell FM est en faite Belle FM ( la station uniquement animée par des femmes) crée par SiS .C

 

 

Le Plan de Fréquence vu par la RTT en 1985

  Nous vous proposons de découvrir la situation des fréquences à Bruxelles en 1985 par l'interview d'un responsable de la RTTqui était chargée, à l'époque, d'établir un plan de fréquence (qui verra la jour 1 an après)

 extrait du courrier 1030  N°20 de janvier 1985. Numéro spécial " y'a plus de d'rumba dans l'air " un vidéogramme sur les radios libres à Bruxelles.

 

Plusieurs choses sont à noter dans cette interview. 

1. Au sujet des puissances d'émissions : Le responsable de la RTT parle encore d'un plan de fréquence avec des puissances de 100 W et des hauteurs d'antennes de 35 mères, dans les faits peu de radios* émettaient dans ces conditions, et la plupart de celles qui seront reconnues auront des caractéristiques techniques bien plus favorable avec des puissances jusqu'à 1 Kw et des hauteurs d'antennes bien plus importantes.

2. En ce qui concerne le nombre de fréquences : Leurs raretés a toujours été l'argument de diverses autorités en charge de l'audiovisuel et de la RTBF, alors que la réalité du terrain à montrée que le nombre de fréquences utilisables était plus important que ce qui était annoncé. Lors du 1er plan de fréquence 14 fréquences francophones seront trouvées entre 100 et 108 Mhz (avec l'ajout in extremis du 100 et du 104.3 Mhz) 

3. On note aussi le nombre impressionnant de radios émettant à Bruxelles (entre 50 et 100) souvent ouvertes en dépit du bon sens, chacune étant persuadée d'être plus légitime que sa voisine alors que tout le monde savait ou préssentait qu'il n'y aurait pas assez de fréquences pour tout le monde mais espérait "passer entre les gouttes". Ce seront pour la plupart les radios les plus anciennes et plus soutenues politiquement qui seront reconnues.

 

*Les radios associative déjà reconnues devaient respecter ces normes techniques, mais rien n'était fait contre celles qui n'étaient pas (encore) reconnues : Les radios commerciales,  d'où un brouillage des radios reconnues par celles qui ne l'étaient pas !