Get Adobe Flash player

RFM

RFM (Belgique) est une initiative du groupe de presse Rossel (éditeur, entre-autre, du journal Le Soir) qui, en 1987, réunifie les 8 stations que Rossel avait fondée ou rachetés depuis quelques années sous une bannière unique.

L'arrivée de Rossel en FM débute par des accords dès 1981 entre la Nouvelle Gazette et radio Métropole (qui a rejoint plus tard le réseau SiS) mais c'est la création le 22 septembre 1983 de Radio Fréquence Musique à Mons qui a été à le point de départ du réseau.

En 1984 est constitué la SA INADI dont la majorité du capital était détenue par la société éditrice de la Nouvelle Gazette. Cette société se lance dans l'exploitation et le rachat de radios privées. En 1985 sont lancées RFM Charleroi et FM Le Soir à Bruxelles, et la reprise de FM Namur et celle de FM la Meuse à Liège. En 1986 Rossel complètera sa couverture avec le rachat de WNC à Nivelles et de FM+ à la Louvière (voir à ce sujet les articles consacrés à WNC et à radio 9).

La caractéristique du réseau de Rossel c'est qu'il n'est pas constitué, comme les autres réseaux, de stations franchisées. La société Rossel est majoritaire dans toutes les radios qu’elle exploite. Elles ont toutes la même régie publicitaire et une même politique commerciale. Un audit interne confirme l'idée de Rossel qu'il faut dynamiser ses radios en centralisant certains services.                                                                 

Le 26 janvier 1987 la décision est prise d'adopter une stratégie de réseau sous le nom commun d'RFM. Le 1 mars 1987 les radios passent sous la bannière RFM avec Bruxelles comme quartier général.

A partir de ce moment-là les radios ne sont plus inféodées aux journaux du groupe mais dépendent d'une société de services émanant d'un groupe de presse. RFM se présente comme une marque qui doit être vendue indépendamment des journaux mais dont elle garde bien sur l'appui solide.

Les programmes de RFM sont à mi-chemin entre radio 2 (RTBF) et RTL. RFM se veut une station généraliste avec 65% de musique avec un mixe de contenu, d'informations, les jeux et la participation de vedettes.              

Dans une plaquette de présentation de la radio, son directeur de l'époque précisait que "RFM accordait une importance primordiale à la personnalité des animateurs qui devaient être chaleureux, conviviaux et proche de l'auditeur" il rajoutait qu'RFM "n'avait pas honte d'être une radio qui ressemble aux auditeurs, d'être le transistor posé sur le frigo de la cuisine".

Du côté de l'information chacune des stations régionales possédait sa propre rédaction, composé de journalistes professionnels ce qui faisait de RFM la station privée la mieux pourvue en la matière (groupe de presse oblige) avec 19 journalistes.

RFM a commencé à battre de l'aile quand la RTBF s'est mise à diffuser de la publicité commerciale alors que le but de la diversification de Rossel en radio était justement de capter une partie de la publicité radio et télé.

La meilleure manière de revaloriser le produit était de modifier son nom et son format avec l'aide d'un partenaire qui souhaitait consolider son encrage en Belgique et qui avait aussi envie de radio, ce partenaire c’est RTL-TVI. La transition entre RFM et Bel-RTL s'est faite en douceur et en 3 semaines, le temps que la nouvelle équipe se mette en place et répète en circuit fermé. L'idée était d'assurer sur antenne à la fois la continuité et la scission, qui se concrétisa par le concept des "tout": chaque jour un thème musical ou un artiste différents sans animateurs.

Le 9 aout 1991 RFM suspendait ses émissions. Le 10 aout les "tout" étaient lancés sur antenne. Le 2 septembre 1991 à 5 heure du matin Bel-RTL était sur les ondes

 

le son: un extrait de RFM Brabant wallon (ex RGN) en 1987

 

le son: un extrait de RFM Brabant wallon (ex RGN) en 1987

et un extrait des tout:

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir