Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios belges francophones qui n’existent plus

  A la fin des des années 70 et au début des années 80, à la suite de Radio Couvin, de plus en plus de citoyens et d'associations utilisent la radio pour faire écho à leurs luttes, à leurs revendications ou à leur envie d'expression.

La radio libre est à l'époque un nouveau moyen de communication, convivial, simple d'utilisation, pas très cher, et sympathique aux yeux de la population.

Radio Xygène avait ainsi été mise sur pied par la Chambre syndicale des médecins, l'ABSYM qui luttait durant l'hiver 1979/1980 contre un projet de loi qui envisageait, entre autre, d'organiser le forfait en médecine générale et le carnet de soin. Le site de l'ABSYM ICI 

La radio avait été fondée dans l'idée d'être durablement la porte parole du monde médical, pour cela elle s'était dotée de matériel d'émission assez performant acheté "clef en main". La mauvaise réception de la radio sur l'agglomération bruxelloise à vite poussée ses créateurs, qui n'étaient pas issus du monde la radio, à jeter l'éponge.

L'aventure de Radio Xygène n'a durée qu'un mois, elle émettait sur 106.2 Mhz*, depuis les locaux du syndicat avenue de la couronne à Ixelles.

Il faut aussi se rappeler qu'à cette époque, le simple fait d'émettre était interdit et les animateurs et responsables des radios étaient pourchassés par la police des ondes de la RTT et risquaient des poursuites judiciaires et la confiscation du matériel servant à produire les émissions.

  

 

 * Le 7 mars 1980, à la suite d'un brouillage de la bande aviation par radio 104, la partie de la bande FM comprise entre 104.0 et 108 Mhz a été interdite aux radios libres, elle ne sera ré-ouverte qu'en 1985

 

  

 Voici trois extraits de radios namuroises enregistrés lors des fêtes de Wallonie en 1986. A l'époque il était courant que les stations sortent de leurs murs pour faire des animations extérieures. On peut entendre ici, qu'elles sont chacune à un endroit stratégique des fêtes de Wallonie.

 

1. FM Namur (la future RFM, aujourd'hui Bel-RTL)

 

 

 

 

 2. Namur Inter (la future SiS, aujourd'hui NRJ)

 

 

 

3. Radio Vers l'Avenir (aujourd'hui Nostalgie)

 

 

 

La première radio libre de Tournai est née en mai 1979 sous le nom de Radio Libre Tournai, la station se voulait être un organe de lutte de contre-information dont les objectifs doivent aller dans le sens de la construction d’une société socialiste autogestionnaire  *

Concrètement la radio donnait la parole à tous ceux qui ne l’avaient pas, dans l’esprit des premières radios libres de l’époque affiliées à l’Association pour la Libération des Ondes.(ALO). Radio Libre Tournai émettait sur 102.3 MHz avec une puissance de 15w ce qui lui permettait de couvrir plus ou moins 10km.

Une des originalités de Radio Libre Tournai ce sont ces premières émissions (quelques heures par semaines) diffusées depuis une péniche. La radio a ensuite rejoint les locaux du théâtre Croquemitaine, installé rue de la Paix à Tournai. Ce qui lui a permis une certaine stabilité (auparavant le matériel était à chaque fois monté et démonté pour chaque diffusion) 

Cette installation dans un local fixe permit à la radio d’étendre sa grille de programme aux soirées de semaine et aux week-end. Durant Celui-ci, une équipe animait une formule déjantée :Radio Clito, par la tendance des amis du plaisir, avec l’émission Passe murailles, Antenne rose, une émission homo, Tam-tam : pour les communautés étrangères, une émission féministe, des émissions musicales pointues (jazz, classique, rock, etc.), aussi une forme de talk-show radio avant l’heure. La semaine était consacrée à une grille plus conforme aux autres radios locales.        

RLT a été saisie le 17 avril 1980. Le 1er mai suivant, une fête de soutien a réunis plus de 800 personnes et a permis de payer le procès qui a suivis et de mobiliser les forces culturelles. RLT a aussi pu racheter le matériel saisi et reprendre ses émissions, d’abord dans la clandestinité et puis au grand jour sous le nom de Radio Dans l’Gaz. Ce sera dorénavant ce nom qu’elle utilisera jusqu'à la fin de ses activités.

Comme dans quasi toutes les radios de l’époque Radio Dans l’Gaz à connu une scission de quelques animateurs, ceux-ci ont lancés Radio Martin qui n'émettait que le week-end. Par la suite Radio Dans l’Gaz a quitté les locaux du théâtre Croquemitaine pour s’installer au sommet du Boulevard Albert à Tournai, où la situation était plus favorable pour la propagation des ondes.

En mai 1981 radio Interim commence à émettre depuis la grand-place de Tournai avec une grille complète et des moyens plus importants. Comme partout elle sera suivie par d’autres radios du même genre (WLS, TLS…) toutes ces initiatives commerciales contribueront à la réduction des équipes d’animateurs des premières radios et aussi à la démotivation et l’épuisement des équipes bénévoles. En 1984 Radio Dans l’Gaz cessera ses émissions.

*Extrait d’une fiche signalétique établie par la communauté française sur les radio en activité au 1er semestre 1980.   (dossiers pointillés)

 

 Le théâtre Croquemitaine existe toujours, vous pouvez découvrir ses activités ici

 

Dans la presse : La Cité la 09 janvier 1980

 

 

 

Le communiqué annonçant la saisie de la radio

 

 merci à Marcel Solbreux pour sa collaboration.