Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios belges francophones qui n’existent plus

 

 La Lanterne du 07 octobre 1985 

 

 

Il ne suffit pas d'avoir de l'argent et "le bras long" pour assurer le succès d'une radio, la meilleure preuve en est l'histoire de Radio JMB.

La station a été créée par Jean-Michel Nihoul, qui après son départ de Radio Activité, lança sa propre radio "Jean Michel Bruxelles" (JMB) avec une bonne partie de l'équipe de Radio Activité. La jeune station avait pas mal d'ambitions et d'argent. 

Les studios occupaient un plateau de 140 mètres carrés au sommet du centre international Rogier (aussi connu sous le nom de Martini Center). Cet emplacement n'avait pas été choisi par hasard : il offrait à ses occupants un excellent site pour une diffusion en FM. D'autres stations en avaient d’ailleurs fait aussi leur site d'émission.

Côté matériel 1 million de francs belges (environ 24.789€) avaient été investi par l'homme d'affaire bruxellois.La radio disposait de 2 studios, d'un club house et d'un bureau et semi-remorque de 16 mètres servant de studio mobile.

L'objectif de Radio JMB n'était rien de moins que de concurrencer les plus grosses radios bruxelloises de l'époque comme RFM, Radio Contact ou SiS. Les programmes étaient grand public avec de la musique variée, des jeux et des infos. 22 animateurs assuraient les émissions sur 105,7 et puis sur 105,8 MHz. Les programmes diffusés ne sortaient pas du lot et avaient un format identique à celui de très nombreuses radios de la capitale.

Au moment où on parlait de plus en plus de l'arrivée prochaine des premières autorisations d'émettre, on savait que la sélection serait dure et que, dans la pléthore des radios diffusant à Bruxelles, des critères comme l'originalité, la crédibilité et l'ancienneté seraient déterminants. En débarquant sur la bande FM avec ses programmes "mainstream" Radio JMB avait peu de chance de passer le cap des autorisations.

De fait Radio JMB ne fut pas autorisée lors du premier train d'attribution des licences du 21 décembre 1985 qui reconnaissait 162 stations en Wallonie et à Bruxelles. Le 19 mars 1986 un 2è train d'autorisation reconnut encore 129 radios, Radio JMB ne s'y trouvait toujours pas. Jean Michel Nihoul déclara imprudemment dans la presse "qu'il était persuadé que sa non reconnaissance était dû à un oubli ou à un dossier mal présenté (La Lanterne du 6 janvier 1986). Il ajoutait qu'il était prêt à faire plusieurs millions d'investissements mais pas en pure perte. "Si les services du Ministre se contentent de nous accorder 20 ou 160 watts partagés, je leur suggère de ne pas faire de frais inutiles : la lettre qu'ils nous adresserait annonçant la nouvelle serait sans objet" Il fut très bien compris puisque sa radio n'obtint aucune reconnaissance et cessa ses émissions.

le son: un extrait de Radio JMB

  La Lanterne du 25/08/1986

 

 

 "C'était au début de l'année 1984, ils sont arrivés à l'allure décidée. A quoi allaient ils se livrer ? On l'ignorait jusqu'au jour où un pylône découpa l'horizon. les curieux avaient compris, les autres allaient entendre "

C'est par ce petit texte que les responsables de WNC (prononcez à l'anglaise "double you ène si" présentaient leur nouvelle stations aux futurs annonceurs publicitaires. 

Alexandre Saboundjan, étudiant en sciences économiques, et son père, avaient décidés de créer une radio à Nivelles. Avec comme ambition de faire de leur station une véritable petite entreprise commerciale capable de faire vivre 4 personnes à temps plein et 2 délégués commerciaux.

Pour arriver à leurs fins ils s'étaient installés dans une localité qu'ils estimaient être dépourvue de radios sur le modèle "Music and News"comme celle qu'ils voulaient faire.  WNC s'installa sur 101 Mhz et adopta d'emblée une programmation composées de hits commerciaux et de d'informations avec une animation résolument commerciale.

Par son fonctionnement et son ton elle faisait penser à des radios comme Radio Méga à Waterloo et RGN à Louvain La Neuve, comme ces 2 autres radios c'est tout naturellement qu'elle se rapprocha des réseaux en train de se créer en Wallonie fin des années 80, et qui prospectaient les radios les plus écoutées dans leur région. 

WNC passa sous le contrôle de la SA Imprimerie des éditeurs, une société appartenant à Rossel. Elle devint alors un relais passif de RFM et puis de Bel-RTL. 

 

Plus tard Alexandre Saboundjan créa Radionomy.

 

le son: un extrait d'une émisson de WNC en juillet 1987.

 

 

 

 Radio ABC est née en septembre 1984, le jour de la foire annuelle d'Anderlecht.

La radio émettait sur 105.5 Mhz, elle avait été fondée par une bande d'amis passionnés de musique et de radio. Certains d'entre eux avaient déjà eu l'occasion d'animer sur d'autres stations.

Radio ABC se différenciait des nombreuses autres stations de la capitale par sa programmation d'inspiration américaine (Country entre autre). Grâce à cette programmation elle était arrivée à se faire sponsoriser par une grande marque de soda qui lui avait donné l'occasion d'équiper son studio.

Radio ABC émettait depuis le café "le Transfert" avenue d'Itterbeek à Anderlecht. Après la saisie de son émetteur pour excès de puissance, elle s'installa dans la Cité du Bon Air. Elle y joua une rôle social par l'intégration des jeunes aux activités de la radio. 

Elle y animait foires et brocantes communales durant lesquelles elle organisait diverses activités ludiques et commerciales. 

Radio ABC a cessé ses émissions après une ultime saisie en juin 1988, suite à son reconnaissance. Le Samedi qui suivit le radio organisa une grande soirée pour fêter le fin des examens, qui fût en même temps la soirée d'adieu aux auditeurs.  

 

 Le son : Une bande annonce d'une animation dans la cité du Bon Air 

 

  La Lanterne du 06 février 1986.

 

Dans la presse