Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios belges francophones qui n’existent plus

 

 

 

 

 WLS a été  lancée en 1981 par 2 flamands : Dirk Otte et Willy Van Lee. Le nom de la radio s'inspire de la radio de Chicago Wolds Largest Store. Pour garder les initiales les 2 compères appellent leur radio West Lokaal Schitting       (Fondation locale de l'Ouest). Ce qui avait l'avantage de pouvoir réutiliser les jingles américains ramenés par Willy Van lee lors d'un stage aux Etats-Unis. 

Après des tests sur 103.1 Mhz, ils s'installèrent définitivement sur 100 Mhz au départ de la discothèque "Djinn" sur la partie flamande du mont de l'Enclus (Kluisberg). cet emplacement exceptionnel pour la diffusion en FM culminait à 141 mètres. La forte puissance de l'émetteur et la hauteur du site d'antenne permettait à la radio d'être entendue de Breda en Hollande jusqu'à Hastings en Angleterre et dans le nord de la France. Les Fondateurs de WLS s'inspiraient des radios Off Shore comme Radio Caroline et Radio Véronica un modèle de stations qui étaient très courant en Flandre où les premières radios étaient nettement moins politique qu'en Wallonie. On note aussi que le logo de la radio représente un bateau.

Une des caractéristiques de la station était son côté international avec des émissions en Français de 20h à 2h du matin, et d'autres en Anglais réalisées par des animateurs de la base américaine du Shape à Casteau. ( les autres programmes étaient bien sûr en Néerlandais).

Comme beaucoup de radio libre de l'époque, la vie de WLS était ponctuée par une série de saisie et de pose de scellés dû à l'illégalité et la forte puissance des émissions. La radio a aussi été victime de problèmes communautaires Les politiciens flamands appréciant peu la présence d'émissions en français sur une radio émettant depuis le territoire de la Flandre.  

Ces soucis linguistiques amenèrent les fondateurs de WLS a ouvrir une version francophone de leur radio au départ du Mont Saint Aubert à Tournai sur 103.5 Mhz. Plus tard fût aussi crée une station française qui émettait sous le nom de WLS internationale depuis le Mont Cassel sur 101.9 Mhz.

En avril 1981 Dirk Otte installe WLS à Courtrai. Fin des années 80 les stations flamandes et francophones passèrent sous le label de Radio Contact 

Le son: Les jingles américains à la base du nom de WLS en Belgique 

.

 

 

 

 


 

 

Le nom de Station Wayez Inter, s'inspire d'une rue commerçante de la commune bruxelloise d'Anderlecht.         

Les studios de la radio étaient situés au 139 de la rue Wayez. Station Wayez Inter (SWI) est née le 15 décembre 1981 à l'occasion de la braderie d'Anderlecht. Elle émettait sur 102.8, son fondateur était un ancien animateur de Radio Bruxelles Inter, il disposait d'un matériel radio assez conséquent.

Approché par des commerçants de la rue Wayez cherchant un présentateur pour leur podium monté lors de la braderie, ce fût l'occasion pour lui de redémarrer une radio qui rencontra très vite pas mal de succès à Anderlecht, Forest et Saint Gilles. Les programmes de SWI étaient principalement destinés à ces communes, ce qui n'empêchait pas la radio d'être capté bien plus loin. (l'extrait sonore qui illustre cet article a été enregistré dans le Brabant wallon).

Les programmes de SWI étaient réalisés en français et en néerlandais, mais aussi en allemand, espagnol et italien, sans oublier une émission en bruxellois qui rencontrait pas mal de succès. du côté de la programmation c'était la musique populaire et les hits du moments qui étaient diffusés dans une ambiance "bon enfant' où les auditeurs et les animateurs formaient un famille et se croisaient régulièrement en studio et lors des sorties de la radio ansi que lors de ses nombreuses soirées dansantes. 

SWI émettait en direct 24h sur 24 et ouvrait son antenne aux dédicaces toutes les nuits entre minuits et trois du matin. Elle ne s'est jamais totalement remise de la saisie de son matériel par la RTT en raison d'une trop forte puissance d'émission, résultant de la féroce guerre des ondes qui sévissait dans la capitale et qui contraignait les radios à augmenter la puissance de leur émetteur pour se faire entendre des auditeurs.

Quelques temps plus tard son fondateur a retenté l'aventure en créant Radio Baccara mais sans retrouver le succès de Station Wayez Inter. 

SWI n'a pas été autorisée lors du 1er plan de fréquence de 1986/1987. Quelques années plus tard entre 1992 et 1994 on pouvait encore parfois retrouver "limage musicale" de SWI dans de petites soirées animées par son fondateur dans une taverne de la chaussée d'Ixelles.

Note: on remarquera le logo de la radio en mauve et blanc, les célèbres couleurs de l'équipe de foot d'Anderlecht 

le démarrage de la radio sur 102.8 Mhz 

le jingle le plus connu.

 

 

 Tropique FM émettait depuis la commune de Rixensart dans le centre du Brabant wallon. Contrairement à ce que pourrait laisser croire son nom, elle ne diffusait pas spécialement de la musique tropicale. Sa programmation musicale était composée de Hits et de morceaux cool tempo. Son nom était plus un positionnement marketing et une manière de se différencier qu'une identité sonore.

Si Tropique FM apparait sur les ondes en 1985, son histoire est plus ancienne et remonte en 1979 avec radio Inter Galaxie, une station lancée à Rixensart par des cibistes.

Comme presque toutes les radios, au cours de son histoire elle subit des saisies, des changements d'équipe, des départs, des arrêts et des reprises d'émissions. C'est à l'occasion d'un changement de fréquence (du 103.6 Mhz sur 100.4 Mhz) qu'Inter Galaxie devient Tropique FM un changement de nom qui va de paire avec une volonté de renouveau et de professionnalisme.

Ses changements lui  permettent d'obtenir une autorisation d'émettre lors du premier plan de fréquence sur 106.2 Mhz. Si cette autorisation est une bonne nouvelle, la radio est confrontée à un phénomène bien connu dans le monde des radios libres : la dissolution progressives des équipes au fil de l'évolution personnelle, familiale et professionnelle des animateurs et au difficile renouvellement des équipes bénévoles accentué par le fait que la radio ne se trouve pas dans une agglomération urbaine.

C'est dans ce contexte qu'en 1989 Tropique FM quitte le local qu'elle occupait dans la commune de Bourgeois faute de moyens humains et financiers suffisant, pour se rapprocher de la maison des jeunes de Rixensart où elle s'intègre aux activités de celle-ci. Certains des animateurs de Tropique FM connaissaient bien la MJ pour y avoir eux-même fait de la radio au tout début des années 80, sur l'antenne de Radio Margot, une des plus anciennes radio de la région mise sur pied par les amis de la Terre. Les anciens de Tropique FM l'avait quittée à l'époque à cause de son orientation jugée trop à gauche dans cette comme bourgeoise du Brabant wallon.

L'intégration à la Maison des jeunes permit à Tropique Fm de poursuivre de manière plus réduite ses activités ce qui ne l'empêcha pas de continuer à décliner et à subir la lente érosion de ces équipes. Petit à petit Tropique FM devenait une radio pour senior avec beaucoup de plages de musique non-stop et un baisse de ses revenus. Les réseaux étaient en même temps en train de former et prospectaient les radios indépendantes pour relayer leurs programmes.  Pour éviter la déconfiture totale de leur association les responsables de Tropique FM se mirent eux aussi à rencontrer divers réseaux. Radio Contact et Fun radio sont approchés, mais c'est finalement Nostalgie qui l'emporte suite à l'échec de ses négociations avec Antipode.

En 1992 Tropique FM devient donc Radio Nostalgie Brabant wallon avec quelques animateurs et émissions produites en local. Une collaboration qui cessa en 1994 suite au renouvellement des autorisations, qui voit la licence passée de Tropique FM à Nostalgie et qui attribue la fréquence 104.5 Mhz à Wavre. Tropique Fm n'est plus alors qu'un relais passif de Nostalgie, la radio ne possédait d'ailleurs plus de studio, la présence dans une maison de jeunes étant incompatible avec la diffusion d'un réseau commercial. 

 

 

 

le son: un extrait de tropique fm en 1988

 

 

 

Dans la presse: La Dernière Heure du 08 mars 1988

 

 

 

 

Merci à Bernard Martin pour sa collaboration à la rédaction de cet article