Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios belges francophones qui n’existent plus

une publicité pur le lancement du réseau joker fm, (ici pour l'émetteur de Nivelles)

La naissance de Joker fm est à mettre en rapport avec le contexte politico-médiatique de l'époque. On parlait de l'arrivée imminente d'un nouveau plan de fréquence qui allait donner une existence légale aux réseaux. Les autorisations détenues par les radios franchisés seraient transférées aux têtes de réseaux*.  C'est le moment que choisis la régie publicitaire Power 2 pour fédérer une série de franchisé NRJ ( 12 sur 19) et de radios indépendantes sous le label Joker fm. 

La date de lancement de ce nouveau programme axé sur le rire n'était pas choisie au hasard : le 1er avril 1998.

Ce sont des divergences de vue stratégiques et commerciales en rapport avec le futur plan de fréquence qui ont poussées le fondateur de Power 2 à passer du rôle de régie locale à Bastogne à celui d'opérateur radiophonique national.

Pour lancer son réseau avec une majorité d'anciens franchisés Power 2 se basait sur l'idée que les réseaux n'étaient légalement pas reconnus et que les contrats de franchises étaient caducs jusqu'au prochain plan de fréquence. Selon cette argumentation les radios franchisées étaient libres de diffuser ce que bon leur semblait sur leurs antennes, et en l'occurrence le programme Joker fm. Une affaire similaire avait donné raison en 1995 à Fréquence elle qui avait pu se défaire de la franchise Europe 2.

Ce sont donc au total pas moins de 23 radios qui diffusèrent le programme d'humour inspiré du programme français rire et chanson.

Si joker fm n'eut aucun mal à trouver des radios franchisées en Wallonie, ce ne fut par contre pas le cas à Bruxelles.   L'absence de diffusion dans la capitale lui fermait de facto les portes des régies publicitaires nationales et contribua à la disparition du réseau qui, un an plus tard (le 1er juin 1999) s'associa au groupe Contant pour développer développer Contact Gold, qui n'était présent que dans quelques villes wallone. Grâce à l'apport des fréquences de Joker fm, le réseau adulte du groupe Contact obtenait une diffusion communautaire et récupérait aussi au passage quelques fréquences pour BFM. Le Nouveau réseau se présentait comme une banque de programme destinés aux radios indépendantes, il reprenait la programmation adulte de Contact Gold et des capsules humoristiques,  héritage de Joker fm. 

 

Entretemps NRJ était parvenue, par une décision de justice, à récupérer une partie de ses franchisés.

 

 

* le plan de fréquence n'a été mis en place qu'en juin 2008

 

les sons: une promo pour la matinale de joker fm

 

et l'annonce de l'arrivée de Contact 2 (dont le nom était remplacé par un bip pour garder la surprise)

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

le studio de radio Véronique

 

Radio Véronique est née au mois de juin 1983 à Anderlecht, elle a été fondée par un ex animateur de Station Wayez Inter.

Comme Beaucoup de radios de l'époque, la vie de Radio véronique a été rythmée par une série de saisies et de changements de fréquences au gré des brouillages et de la mise en route d'émetteurs du service public flamand dans la bande de fréquences réservées aux radios libres.

Radio Véronique participait à diverses animations communales. Ses émissions étaient composées de jeux variés, de publicités et de musique populaire à l'image des communes que son émetteur couvrait. Son studio était très bien équipé. Elle possédait aussi un grand pylône équipé de 4 dipôle lui permettant d'être convenablement diffusée.

Radio Véronique promotionnait de nombreux jeunes artistes sur son antenne, son fondateur s'impliqua encore dans cette activité et dans l'enregistrement de "démo" musicales après la fin des émissions de la radio .

La fin de Radio Véronique eu lieu en 1986, quand furent attribuées les premières autorisations.

Notez le logo de la radio en mauve et blanc au couleurs de la commune et de la célèbre équipe de football. Une page facebook des anciens de Radio Véronique est disponible ici

 

 

Le son: un extrait de radio Véronique

 

&

 

Dans la presse: La Lanterne du 6 janvier et du 13 janvier 1986.

 

 

 

 

 

 

Pour raconter l'histoire de Radio Aurore, Il faut se replonger dans le contexte du début des années 80. La FM intéressait de plus en plus de monde et l'envie de fonder une radio était évidente pour Maurice Heremans. Une fois le projet concrétisé Maurice et ses associés se sont mis à chercher un nom pour leur nouvelle radio libre. il y passèrent toute la nuit et ce n'est qu'aux petites heures du matin à l'aurore plus exactement qu'ils trouvèrent enfin le nom de leur radio... 

Radio Aurore est née, le 29 février 1980 à Watermael-Boitsfort dans le Sud-Est de Bruxelles. Cette Initiative visait à créer une radio pluraliste la plus ouverte possible aux groupements à vocation culturel et autre. Radio Aurore se voulait aussi un lieu de rencontre des habitants. A ses débuts elle comptera jusqu'à 37 animateurs d'une moyenne d'âge de 30 ans. L'investissement de départ était de 50.000  francs belges (environ 1.500€). Le fond de roulement était généré par une participation financière des groupes accédants à l'antenne et par les cotisations des animateurs.   

La radio émettait sur 102.0 MHz avec 40 watts (à ses débuts). Une fréquence qu'elle partageait avec la radio des comités de quartier d'Uccle : Radio 1180 et avec la radio de la communauté juive Radio Judaïca. Les 3 radios se répartissaient le temps d'antenne, jusqu'au jour où Radio Judaïca rompit unilatéralement l'accord en occupant la fréquence toute la journée ce qui força les 2 autres radios à changer de fréquence (ce fût aussi le cas pour Radio Louvain La Neuve qui occupait elle aussi cette fréquence) Radio Aurore s'installa alors sur 102.5 Mhz. Elle donna l'occasion à plusieurs animateurs de faire leurs premiers pas sur la bande FM ( Patrick Dorval, Tony Mistral, Bruno G, Giles Tonic, Marc Oschinsky)  Radio Aurore faisait partie de l'association pour la Libération des Ondes (ALO). Fidèle aux principes de l'association elle refusait tout asservissement politique et commercial, même en contrepartie d'un local offert par les commerçants de la commune. 

L'arrêt de Radio Aurore survint durant l'année 1983, il était dû à la conjonction de problèmes récurrents dans beaucoup de radios libres de l'époque : dissension au sein de l'équipe, problèmes financiers et concurrence féroce entre radios sur une espace de diffusion restreint. (la bande fm n'était ouverte aux radios libres que de 100 à 104.0 MHz).

Après l'arrêt de Radio Aurore sa principale rivale commerciale Radio Sunset S'installa à Watermael-Boitsfort (place Keym) sur 103.75 MHz. Elle cessa à son tour d'émettre 2 ans plus tard. 

 

 

Un extrait d'une émission de Radio Aurore

 

 

 Bonus : Le communiqué de presse relayant la saisie de Radio Aurore, qui avait utilisée une fréquence relais dans la partie de la bande FM interdite à l'époque aux radios locales, comprise entre 104.0 et 107.9 Mhz (elle sera ouverte aux radios libres en 1985).

Le communiqué fait référence dans son titre, à l'arrestation en Pologne de Roger Noël (alias Babar) le président de l'Association pour le Libération des Ondes (ALO), alors qu'il tentait de livrer un émetteur de radio au syndicat clandestin Solidarnosc.