Get Adobe Flash player

Radio Méga (Waterloo)

 

Radio Méga a été fondée le 3 juillet 1981 à Rhodes saint Genèse, à l'initiative de la ligue nationale du 27 Mhz (cibistes) qui avait repris une station bruxelloise qui s’appelait Studio Méga 2000 et qui avait été saisie plusieurs fois. En s’installant à Rhodes Radio Méga eu pas mal de problèmes linguistiques à cause de la diffusion sur son antenne d’émissions en français (elle diffusait aussi en néerlandais, anglais et allemand).

En décembre 1981 elle franchit la frontière linguistique et s’installe à Waterloo où elle fût très bien accueillie par les autorités communales et les commerçants (même si la diffusion d’émissions en néerlandais entraina des protestations de quelques organisations wallonnes)

Le ton résolument commercial et « music and news » de Radio Méga tranchait avec celui de l’autre radio de Waterloo (radiodevie) qui était beaucoup plus culturel et non commercial. Cette absence de véritable concurrence (à l’exception de radio Riva de Braine-l’Alleud) et la différence flagrante de moyens financiers et techniques permit à Radio Méga de prendre une place de leader à Waterloo et même dans la région.

Comme beaucoup de stations du même genre, Radio Méga rejoignit les réseaux en train de se former à la fin des années 80. Le 1er janvier 1987 elle devint SiS Waterloo, 1 an plus tard, à la faillite de SiS , elle passa sous le pavillon de radio Contact.

La radio fût officiellement reconnue sur 106.9 MHz, mais en principe en partage avec Radiodevie (devenue entretemps Wfm) mais vu la débâcle financière et administrative de cette dernière, elle pût occuper la fréquence seule. Au fil du temps Radio Méga ne fût plus qu’un simple relais passif de radio Contact et en 2008 elle perdît même sa fréquence au profit de Twizz (DH radio)

 

le son: le changement de fréquence de radio Méga du 104.0 MHz au 103.8 MHz en 1987 au moment ou SiS Bruxelles obtenait la fréquence 104.0 MHz qui empêchait son utilisation à Waterloo.

 

 

 

RGN (Louvain-La-Neuve)

 

 

 

Radio Galène a été fondée en automne 1980 à Gembloux par trois étudiants de la Faculté d’agronomie impliqués dans la vie de l’association des étudiants et inspirés par l’émergence des radios libres. Ils proposèrent dès le début à des Gembloutois de les rejoindre.

Cette radio pirate d’animation locale rencontra rapidement un énorme succès à Gembloux et environs, chacune de ses soirées et évènements faisant le plein et une grande partie de la population de Gembloux et des étudiants en agronomie s’impliquèrent dans cette radio libre.  Après un an, elle a connu une dissidence et une partie de l’équipe partit créer Radio Gembloux 2000. Affaiblie par cette séparation, comme beaucoup de radios libres de l’époque elle commença au fil du temps à battre de l’aile. Les moyens manquaient, les structures de gestion s’étaient liquéfiées et en 1983 la musique non-stop avait pris une grande place dans la grille des programmes.

En 1984, une partie des fondateurs réunissent des volontaires et des fonds et mettent en place un nouveau conseil d’administration avec de grandes ambitions. La décision fut prise de racheter du matériel, de diffuser de la publicité et de l’information (achetée à SIS), Radio Galène devient alors Radio Galène News (RGN).

Les nouveaux responsables de la radio se rendirent vite compte que la région de Gembloux, avec un potentiel de 50.000 auditeurs, était trop petite pour assurer l'avenir de leur station. Ils déménagèrent en 1985 à Louvain-La-Neuve, où ils eurent la possibilité d’installer un mat sur un terrain culminant à 145m d’altitude mis à disposition par l’université, tandis que le studio était installé dans un appartement d’étudiant loué.

Le site d'émission exceptionnel permit à RGN Brabant Wallon de couvrir une bonne vingtaine de kilomètres autour de Louvain-La-Neuve, sur la fréquence 104.75 MHz et son ton professionnel lui donnèrent les moyens de diffuser de l’information locale et nationale  (toujours achetée à SiS), de rémunérer 2 permanents (un responsable d’antenne et un journaliste local, tandis que les animateurs étaient bénévoles au début) et de séduire les annonceurs publicitaires locaux puis nationaux via la régie IPB (filiale de RTL).

RGN était l’exemple parfait de la radio « music and news » et son succès dans le centre du Brabant Wallon fut grandissant et arriva jusqu’aux oreilles des responsables du groupe Vlan (Rossel) qui lançaient une nouvelle édition de Vlan pour le Brabant Wallon. Un accord d’échange promotionnel fut rapidement conclu et les relations entre la radio et Vlan se développèrent jusqu’à ce que Vlan prenne une participation de 50% dans la radio. Le patron du groupe Vlan, Paul Callebaut, qui avait déjà pris une participation dans une autre radio qui marchait bien à Namur (FM Namur, lancé par Jean-luc Godfroid avec Hervé Meillon et Eric Gilson) présenta le directeur de RGN, Francis Goffin (président co-fondateur de Radio Galène)  à d’autres dirigeants du groupe de presse Rossel (notamment à Paul-Henry Fally, Secrétaire général du groupe et Michel Fromont directeur général de La Nouvelle Gazette) qui avait des participations dans six radios au total, avec des succès divers (parmi lesquelles FM Le Soir, FM La Meuse, RFM Charleroi et Mons).

Ceux-ci demandèrent à Francis Goffin de leur faire une recommandation sur l’avenir de ces radios et il leur proposa de créer le réseau RFM. C’est ainsi qu’en 1987 RGN rejoindra le réseau RFM monté par le groupe Rossel. Toujours sur les conseils de Francis Goffin, Rossel apportera le réseau RFM  pour constituer quelques années plus tard le réseau de départ pour la création de Bel RTL en 1991.

C'est ainsi qu’on peut dire que la petite radio pirate Radio Galène crée par une petite bande d’étudiants fin 1980, évoluera en une dizaine d’années pour devenir l’émetteur à l’origine de Bel-RTL Brabant Wallon (toujours en activité aujourd’hui).

 

le son: l'arrivée de RGN dans le Brabant wallon

 

Vital (Jodoigne)

 

 

 

 

Vital FM a été lancée à la fin du mois d'août 2004 par deux passionnés de radios. Profitant, comme d'autres, de l'absence de régulation sur les ondes, de leur expérience dans divers autres médias et de l'absence de radios indépendantes s'adressant aux jeunes à Jodoigne, ils tentent leur chance en se lançant sur 106.8 MHz avec un format "Up Tempo" . 

En janvier 2005 pour des raisons commerciales (être écouté dans les magasins) la radio modifié déjà sa programmation avec un format plus généraliste en gardant l'Up Tempo en soirée.  

Pour affirmer son caractère local, elle adopte aussi un nouveau logo aux couleurs de Jodoigne.

Dés mai 2005 Vital FM prend de l'envergure et se positionne comme LA radio de l'Est de la province du Brabant wallon avec l'ouverture d'un émetteur à Perwez sur 94.5 Mhz et à Orp-Jauche sur 104.8 Mhz (déplacé ensuite sur 104.2 Mhz).

En juillet 2006 le relais de Perwez passe sur 87.8 Mhz et des dissensions au sein de l'équipe sont à l'origine de la création un an plus tard d'East FM sur 88.1 à Jodoigne par une partie des fondateurs de Vital FM.

Lors de l'appel d'offre de juin 2008, les nouveaux gestionnaires de Vital FM estiment que Jodoigne est une trop petite localité par apport aux ambitions qu'ils ont pour leur radio. Ils pensent aussi avoir ont de chance d'obtenir la seule fréquence indépendante prévue à Jodoigne (106.5 Mhz)  occupée par Radio Centre Jodoigne bien plus ancienne que Vital Fm.

Ils décident donc de postuler, et obtiennent, une fréquence à Namur. Au démarrage effectif de leurs programmes ils abandonnent le nom Vital Fm pour s'appeler Hit Radio en partenariat avec le réseau marocain du même nom.       East fm n'obtient, pas de fréquence et doit cesser ses émissions sur 88.1 Mhz.

Comme prévu c'est bien la radio historique de Jodoigne qui a obtenue la fréquence prévue dans la localité.  

 

Le son: la bande annonce des débuts de Vital FM