A partir du mois d'octobre 1982, le quotidien La Lanterne (aujourd'hui La Capitale) publiait chaque lundi des informations sur les radios libres bruxelloises.

Il s'agit une retranscription intégrale de ces informations telles qu'on pouvait les lire à diverses époques dans la Lanterne - ici en novembre 1982 - Une manière de se replonger dans le quotidien et les préoccupations des radios libres de l'époque dont certaines d'entre-elles existent encore aujourd'hui.

il est aussi intéressant de connaître le contexte de l'époque :

- Bien que légalement interdite la publicité commerciale était diffusée depuis le mois de juin 1982 sur quelques radios (Radio Contact, SiS ...) et bientôt sur beaucoup d'autres.

- Les radios étaient tolérées mais pas encore légalisées, elles pouvaient à tout moment se faire saisir leur matériel technique et d'émission.

- La Bande de fréquences réservée aux radios libres était comprise entre 100 et 104 Mhz

- Légalement la puissance autorisée était de 100w rayonnées (à la sortie de l'antenne), une prescription de moins en moins respectée avec la multiplication des radios.

- malgré les restrictions techniques et légales, les radios se multipliaient de jour en jour un phénomène qui prendra de plus en plus d'ampleur au fil des années et qui rendra la bande FM bruxelloise de plus en plus saturée. On peut lire qu'en 1982  la guerre des puissances est déjà bien entamée.

On note aussi dans ces infos de 1982 qu'une radio bruxelloise, Radio Cinquentenaire, déjà victime de l'encombrement des ondes, avait trouvé une fréquence en dehors de la bande réservée aux radios libres (le 99.3 Mhz) et qu'elle avait eu le nez fin, car cette fréquence elle servira plus tard (et sert toujours) au décrochage bruxellois de la RTBF.

on note aussi que d'une semaine à l'autre des animateurs changent de radios, et partent en fonder de nouvelles

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

* Du nouveau sur « Radio Contact ». Depuis lundi toutes les nuits de 3 à 6 heures du matin, les noctambules peuvent écouter une émission qui est une suite de petits reportages pris sur le vif dans Bruxelles. Ce sont, en effet, les chauffeurs des  « taxi verts » qui servent de « reporters » et racontent en direct ce qu’ils voient, interviewent leurs passages, etc.                                                                    

Cela ne vous rappelle rien ? Max Meynier, vous connaissez ?

 

* Bébert, l’ancien animateur-vedette de « Wayez inter » est passé sur Radio Forest. Mais le garçon s’inquiète. Cette station dispose actuellement d’un émetteur, loué (très cher) par le principal responsable de « Radio Contact ». Et il n’est pas sûr que Radio Forest puisse continuer à émettre faute d’argent. Ce qui serait dommage, car dans le brouhaha des radios libres, Bébert est un des rares animateurs qui n’éprouvent pas le programmes de la musique qui épuise les nerfs des auditeurs.

* Notre petit doigt nous a révélé que Gil et Jean Nikoff qui fit les « petits déjeunes » de Radio Contact, ne font qu’une seule et même personne. Ses anciens auditeurs le retrouveront certainement avec plaisir, (sur FM Inter)  car Gil pratique un type de radio extrêmement dynamique et ouvert à tous les genres musicaux qui lui est propre. Rappelons que FM Inter est « l’héritière » d’une des plus anciennes radios libres de Bruxelles, Radio Hughette qui était située à Jette avant que son studio ne soit ravagé par le feu, au printemps dernier..

 

* Partout, il se trouve des gens qui ont une conception très « fonctionnaire » de la vie. Tel est le cas du responsable de Radio Cinquentenaire. Il émet tous les jours de 10 à 18 heures, et ne propose aucune émission durant le week-end.

 

*Les responsables des radios libres bruxelloises commencent à vivre dans la hantise des voleurs. En quelques semaines, deux stations ont été victimes de vols, dont une fois avec violence. La première agression a frappé Radio BXL, dont le principal animateur, a été séquestré pendant que les voleurs emportaient les platines, la table de mixage, les micros, etc. Ensuite c’est l’émetteur et l’ampli de Wayez Inter qui étaient volés ; Depuis lors, personne n’a retrouvé trace de ce matériel. Dans certaines stations, on en arrive à se demander : « A qui le tour ? »

 

*Le professionnalisme en matière de radio coûte cher. SiS est occupé à en faire la pénible expérience ; Ayant acheté du matériel ultramoderne, voulant payer des animateurs, cette station commence à trouver que tout n’est pas toujours simple ; Un responsable avouait récemment que le budget mensuel de la station s’élève à 800.000 F, ce qui oblige une recherche systématique de publicité pour pouvoir « tenir le rythme »

 

* L’Union professionnelle des radios indépendantes (UPRI) vient de naître. Elle veut créer une véritable éthique, apporter une maintenance ainsi que, le cas échéant, une aide judiciaire. Ce que ne font ni le GRIB, ni l’ALO. Un administrateur de la Sabam siège au conseil d’administration de l’UPRI et la cotisation annuelle a été fixée à 2000 F. (50€)

 

* Les adversaires des radios libres ne désarment pas. Mais ils manquent parfois d’un minimum de psychologie. C’est ainsi l’Association internationale des journalistes de la presse féminine et familiale organise jeudi prochain un « déjeuner-conférence-débat » sur le thème « Radio libres, avenir, dégénérescence de la communication de masse ». C’est ce qui s’appelle « annoncer le couleur ». Surtout quand on sait que la causerie sera prononcée par Mme Eskenazi, chef de production adjointe à la RTBF, Et cela sans qu’aucun responsable de station indépendante ne puisse faire entendre une autre opinion. Il est toutefois à craindre qu’il n’y ait guère de monde : Le prix du repas est de 800 F (20€) avec une ristourne de 250F pour les journalistes….

 

* L’alerte a été chaude à l’Association pour le libération des ondes (ALO) qui regroupe une soixantaine de radios libres, généralement de gauche et anti-publicitaires. Lors de la dernière réunion, seulement trente-cinq radios libres membres étaient représentées et cinq d’entre elles claquèrent les portes.  Elles considèrent qu’il est impossible de vivre sans appui publicitaire. Cette situation amène à se poser une question : l’ALO est-elle encore réellement représentative ?

*La bande des 100 à 104 étant de plus en plus « embrouillée » certaines radios n’hésitent pas à « déborder » C’est notamment le cas de Radio Cinquantenaire que l’on trouve sur 99.3

* Une nouvelle émission débutera samedi sur Radio Air Libre de 14 à 19 h. Elle s’appellera « Bruxelles en direct » et visera à « favoriser toutes les formes de spectacles, d’activité ou de projets « underground ». L’émission offrira, en direct, une véritable panoplie de sujets où chacun pourra trouver son compte : BD – Polars – Expositions – feuilletons radiophonique – agenda – Jazz – Rock belge – Cinéma – Actualités – Dossier – Humour ». Et « Air Libre » d’annoncer l’arrivée sur ses antennes d’anciens animateurs de de « radio Plus » et de « Bruxelles Inter »

* Contrairement à SiS  qui favorise l’information et tente de battre la RTBF grâce à son télex relié à l’agence Reuter, Radio Contact met surtout l’accent sur les informations strictement locales bruxelloises et sur les services : heures de fermeture des tunnels, travaux, détournements aide aux animaux, etc. Le drame des stations reste le manque de professionnalisme de plusieurs  « journalistes »

*Radio Campus vient de se doter d’un nouvel émetteur, nettement plus puissant que celui qui avait été saisi il y a deux mois. Les dirigeants espèrent, maintenant, pouvoir être parfaitement reçus dans l’ensemble de l’agglomération bruxelloise et de la proche périphérie

F.M. Inter (102.9) termine l’installation de ses nouveaux studios à Etterbeek Situés dans un immeuble cossu près du Parc du Cinquantenaire, ils ont été aménagés par plusieurs membres de la station, spécialistes en la matière. Ces studios présenteront l’avantage d’une parfaite isolation et d’un très strict respect des normes légales

* Dominique Chevalier, qui animait sur SIS l’émission du matin « délirium matinum », vient d’être nommé directeur de Bell-Fm(1) (100.9), cette station qui était, au départ, composée uniquement de filles. Il semble que cette opération sexiste n’ait pas connu le succès espéré et qu’’une marche arrière soit en trin de se préparer. Mais Dominique Chevalier continuera ses émissions sur SiS Il est vrai que, malgré les démentis des responsables, plus personne de sérieux ne doute que SiS et Bell-Fm soient de stations, très, très proches l’une de l’autre. (1) Il faut bien sûr lire Belle Fm et pas Bell fm, une faute qui sera souvent faite dans la presse et dans la Lanterne en particulier

*Fabien, animateur vedette de SiS, ne décolère pas ; Dans son émission quotidienne, il doit passer une publicité pour une crème alcoolisée à base de noix de coco. Cela ne serait rien si cette « pub » n’était dite pas .. Ricky Fox, son concurrent mortel !

*Le 14 janvier prochain Radio Judaïca organisera un grand show, Galerie Louise. Les organisateurs ont d’ores et déjà invité toutes les vedettes du dernier « Chanson à la carte » de 1982 Le programme sera présenté par Patrick Olivier. La même station a crée une radio sœur à Anvers. Elle émettra sur le même canal, 102. Mais elle privilégiera la langue néerlandaise afin de faciliter l’écoute de la communauté juive néerlandophone ainsi qu’aux nombreux autres auditeurs. En effet si Radio Judaïca est avant tout la station de la communauté juive, elle a conquis également une très large audience dans le restant du public. Particulièrement à cause de ses programmes classiques et de musique folklorique.

 

*Bébert, l’ancien animateur vedette de  Wayez-Inter a décidé de lancer sa propre station il a déjà l’appui d’une importante société, spécialisée en matériel de haute fidélité. Cette nouvelle station aura pour objectif de programmer une musique très « cool », destinée à apaiser les auditeurs et à leur apporter un peu de rêverie. Une Gageure que Bébert est bien capable de réussir.

 

*Mardi dernier vers 14h30, les autorités ont mis l’émetteur de Radio-CTR sous scellés. Il lui était reproché d’être un peu trop puissant par apport aux normes techniques permises par le décret de la communauté française. Cette opération est assez étonnante quand on sait que biens d’autres émetteurs, beaucoup plus puissant continuent à émettre sans le moindre problème. Or s’il est une station qui s’inscrit exactement dans la philosophie des radios libres, définie par le législateur c’est bien CTR. En effet cet émetteur installé au cœur de l’hôpital Brugman, s’est donné pour objectif de venir en aide aux handicapés. Elle leur donne les moyens de s’exprimer sur antenne et fait connaitre leurs problèmes aux autres. Son rôle social est donc évident. Les animateurs avaient été obligés d’un petit peu augmenter la puissance de leur émetteur pour ne pas être recouvert par d’autres stations, beaucoup moins respectueuses de la législation en vigueur. Ce qui leur valut les avanies récentes. Celles-ci tombent particulièrement mal puisque CTR organise les 26 et 27 novembre prochains des « Drive in show », pour fêter leur troisième anniversaire. Le 26 il a aura une soirée avec un show au disco Steve (51 rue jean Bollen) et le 27 une soirée dansante à la bibliothèque communale de Jette, place cardinale Mercier.

*Le retour de Babar va poser un certain nombre de problèmes. On sait que le prisonnier du général Jaruzelski a été élu à la présidence du conseil des radios locales, sur proposition du GRIB qui est loin de partager ses opinions. Particulièrement en matière de publicité. On se demande maintenant si, revenu des geôles polonaises, Babar va évoluer ou s’il va maintenir son intransigeance anti-publicitaire. Dans ce cas, de soldes affrontements sont prévisibles au conseil des radios locales.

*Si l’on en croit les riverains de la chaussée de Wavre, Radio Star aurait augmenté la puissance de son émetteur au point d’écraser « Radio Contact » dans ce coin d’Auderghem. On comprend que les animateurs de « Radio Star » aient fini par perdre patience car un certain nombre de grosses stations n’ont jamais hésité à les réduire à la portion congrue.

* Bien des auditeurs se demandaient qui prêtait sa voir à l’«ordinateur» de « Radio Cristal ». Notre petit doigt nous a appris qu’il s’agit de Julie, animatrice bien connue de « Radio Contact » Ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que Francis Lemaire n’est pas étranger à « Radio Cristal »