Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios belges francophones qui n’existent plus

A partir du mois d'octobre 1982, le quotidien La Lanterne (aujourd'hui La Capitale) publiait chaque lundi des informations sur les radios libres bruxelloises.

Il s'agit d'une retranscription intégrale de ces informations telles qu'on pouvait les lire à diverses époques dans la Lanterne.- ici en août 1983 - Une manière de se replonger dans le quotidien et les préoccupations des radios libres de l'époque dont certaines d'entre-elles existent encore aujourd'hui.

il est aussi intéressant de connaître le contexte de l'époque :

- Bien que légalement interdite la publicité commerciale était de plus en plus présente sur les radios. Suite logique à la pub, Les sondages commencent à faire leur apparition

- Les radios étaient tolérées mais pas encore légalisées, elles pouvaient à tout moment se faire saisir leur matériel technique et d'émission.On peut voir que ces saisies n'épargnaient personne (petites et grandes radios)

- La Bande de fréquences réservée aux radios libres était comprise entre 100 et 104 Mhz

- Légalement la puissance autorisée était de 100w rayonnées (à la sortie de l'antenne), une prescription de moins en moins respectée avec la multiplication des radios.

- On voit aussi que l'information commençait à être un enjeu, et que la RTBF était déjà en guerre contre les radios les plus écoutées.

- Malgré les restrictions techniques et légales, les radios se multipliaient de jour en jour, un phénomène qui prendra de plus en plus d'ampleur au fil des années et qui rendra la bande FM bruxelloise de plus en plus saturée.

---------------

*Studio One Italia  a disparu de l’immeuble que la station occupait à jette Il semble que de grave dissensions internes soient à la base de la disparition momentanée de la station

*Mercredi passé Radio kiss a reçus la visite de contrôleurs de la RTT apparemment tout devait être en règle puisqu’ils n’ont rien emmené

*FM Inter a acheté un nouvel émetteur. Il sera opérationnel à la fin du mois le temps d’acquérir du nouveau matériel de basse fréquence

*« Le nouveau mât qui est apparu sur le toit de l’hôtel Sheraton, place Rogier, est celui de Bruxelles Inter qui reprendra ses émissions au début du mois de septembre

*Lundi jour de son quatrième anniversaire Radio Star  a été saisie. Et cela bien que la station n’émette qu’avec une puissance de 80 watts…

*Certaines « grosses stations » qui rétribuent régulièrement leurs journalistes avaient demandé que ceux qui couvrent l’information sportive puisent obtenir la carte de « journaliste sportif » celle-ci leur a é été refusée. Et les mauvaises langues d’affirmer que c’est sous la pression des confrères des RTBF-BRT

*Nouveau coup dur bas contre les radios libres les stations non reconnues par le conseil des radios locales et qui ont récemment demandé un raccordement au télex se le sont vu refuser, par la RTT. C’est notamment le cas de Radio Campus 

*La saisie de Radio Contact a obligé la station à mettre seize animateurs au chômage quand on sait qu’un chômeur soute en moyenne 480.000 francs (environ 11898 euros) à l’Etat, on voit que cette opération est loin d’être bénéficiaire pour les contribuables.

*Si vous vous promenez dans le nord de Bruxelles il n’est pas inintéressant de vous brancher sur 102.5 FM la fréquence de "SIF 2000" ce n’est pas triste.

*On évoque à mots couverts la possibilité d’un mariage entre Radio Kiss et une station du sud de Bruxelles.

*Si on en croit des bruits qui courent, le sondage Cim-Sobemap sur les radios libres montreraient le classement suivant : (1 Radio Contact ; 2 SiS ; 3 Radio Kiss. Cette dernière faisant sa première apparition dans le peloton de tête.