Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios belges francophones qui n’existent plus

 

A partir du mois d'octobre 1982, le quotidien La Lanterne (aujourd'hui La Capitale) publiait chaque lundi des informations sur les radios libres bruxelloises.

Il s'agit une retranscription intégrale de ces informations telles qu'on pouvait les lire à diverses époques dans la Lanterne - ici en mai et juin 84 - Une manière de se replonger dans le quotidien et les préoccupations des radios libres de l'époque dont certaines d'entre-elles existent encore aujourd'hui.

Pour cette fois-ci nous vous proposons une série d'informations sur ce que faisaient les radios locales bruxelloises pour les élections européennes qui se déroulaient le dimanche 17 juin 1984.  De plus en plus les radios, petites et grandes, comprenaient l'importance d'être présente sur le terrain de l'information politique, et crédibilisaient aussi leur existence auprès des décideurs politiques à la veille de leur futures reconnaissances

il est aussi intéressant de connaître le contexte de l'époque :

- Les radios étaient tolérées mais pas encore légalisées, elles pouvaient, petites ou grandes stations, à tout moment se faire saisir leur matériel haute et basse fréquence.

- La Bande de fréquences réservée aux radios libres était comprise entre 100 et 104 Mhz (elle sera bientôt ouverte au dessus du 104.0 Mhz)

- Légalement la puissance autorisée était toujours de 100w rayonnées (à la sortie de l'antenne), une puissance que bien peu de radios respectaient à cause de l'encombrement des ondes.

 

 

*Au départ, le monde politique avait très peur de voir les radios locales s’occuper de « ses » affaires ou de s’engager fort dans l’une ou l’autre direction. Et, en effet, certaines stations sont tombées dans le piège de la politisation à outrance La plupart d’entre elles sont mortes de leur plus belle mort parce que justement le public attendait une autre information de leur part

A quelques semaines des élections européennes, on peut constater que la plupart des stations qui disposent d’un servie d’information organisé préparent ce scrutin avec soin et une extrême objectivité.

C’est ainsi que « Radio Contact » a déjà fait connaitre la manière dont elle compte traiter ce sujet, tout comme « SiS » et « Bruxelles Inter » Dans chacun de ces cas, la grille annoncée montre une très juste répartition des temps d’antenne entre les différentes listes en présence.

« Radio Energie » a quant elle donné con coup d’envoi en recevant un parlementaire et homme de communication M. Beyer qui n’a pas caché sa satisfaction de voir le sérieux du travail de Saint Ex et de son équipe. Bien entendu comme les autres stations « Radio Energie » a bien l’intention d’accorder le même temps d’antenne à chacune des formations en présence. L’intérêt de ce genre d’émission consiste surtout dans le fait que les hommes politiques sont présentés « autrement » leurs goûts tant culturels qu’alimentaires, leur famille, leur passe-temps sont évoqués

*Dans sa série d’émissions préparatoires aux élections européennes, « Radio Arc-en-Ciel» accueillera le 25 mais, entre 08h30 et 10h, Roger Nols, candidat indépendant. Il sera interviewé par Michel Pierre et Paul Jordens, l’émission étant animée par Michel Declercq.

*En collaboration avec le conseil national des femmes belges, « Fréquence Elle » va organiser dès 13 heures aujourd’hui et tous les jours de 13 à 14 heures, une émission préparatoire aux élections européennes.

La semaine avant le scrutin, des candidats de divers partis viendront défendre leur programme face au revendication du C.N.F.B

*Semaine « spéciale élection européenne » sur « Bruxelles Inter ». La station recevra tous les jours à midi un des ténors de chacune des listes « bruxelloises » en présence. Fait exceptionnel, un représentant de l U.D.R.T sera également invité afin d’expliquer les consignes d’abstention données par ce parti.

*Sur « Radio Activité », l’émission « Caramal mou » de lundi dernier à céder un heure d’antenne pour recevoir Mme Spaak, tête de liste FDF aux élections européennes. Jack et Christian l’ont longuement interrogée sur son activité à Strasbourg et les auditeurs ont pu poser des questions en direct.