Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios belges francophones qui n’existent plus

 

 

Suite aux récentes nouvelles autorisations FM et DAB+ de 2019 il nous a semblé utile de replonger dans une partie de l'histoire du premier plan de fréquence, et en particulier celle des radios "de quartier" bruxelloises qui avaient été reconnues à 20 watts.

Ces petites radios qui souvent avaient peu d'auditeurs et peu d'appuis politiques étaient les grandes perdantes de la répartition des fréquences.

Contrairement à ce qu'avaient laissé croire les autorités administratives et techniques (et cet article) aucune place spécifique ne fût trouvé pour ces radios une fois toutes les fréquence occupées par les autres radios qui avaient eu la chance d'obtenir de meilleurs conditions techniques. A une exception près, Radio Freedom qui émettait à Woluwé Saint Pierre, a pu obtenir, de justesse, une fréquence à 20 watts dans des conditions techniques déplorables, qui démontrait l'absence de volonté politique de permettre à ces radios de quartier de pouvoir exister.*

Il est a noter que Radio 1180, la radio des comités de quartiers d'Uccle,  dont il est question ici a pu survivre en s'associant avec Radio Air Libre dont elle occupait une heure de la grille de programme. Toutes les autres radio du même genre ont disparues.

 

* Dans les faits Radio Freedom (devenue par la suite Action fm, Action et Vibration) a utilisé beaucoup plus de puissance que les 20 watts qui lui avaient été accordés. Démontrant par la même que faire fonctionner une radio à faible puissance à Bruxelles étaient une mission quasi impossible. 

 

 

extrait du quotidien "La Cité "du 06 mai 1987 

 

  

 Reportage publié dans le n°3 de janvier/février 1987 du magazine bilingue Music Leader. 

La publication s'adressant aux amateurs de sons et aux disc-jockeys, on note son intérêt et celui de ses lecteurs pour les détails techniques du matériel utilisé par les radios à qui elle rendait visite. Autre particularité, elle parlait aussi de l'accueil reçus lors du reportage.  

Nous aurons aussi l'occasion de publier un reportage de ce même magazine sur une autre radio montoise : RMB

(Radio Mons Borinage). 

 

 

 

 Ene En 1985 le quotidien Vers l'Avenir publiait ce tableau des fréquences utilisée en Brabant wallon, en conclusion d'une série de portrait qu'il avait fait des stations opérant depuis la province. 

 

De toutes ces stations, 5 d'entre elles existent encore : Radio Coquelicot à Perwez (aujourd'hui Up Radio) Radio Stéphanie à Court-Saint-Etienne, Antipode, qui est devenue le réseau provincial, Canal 44 à Braine-l'Alleud (aujourd'hui Radio Emotion) et Radio Centre Jodoigne (aujourd'hui Passion FM). Toutes les autres ont disparu faute d'autorisation, absorbées par des réseaux, victimes de mauvaise gestion/stratégie ou tout simplement arrêtées par leurs promoteurs. 

On remarque aussi qu'aucune station n'émet à l'époque encore au dessus du 107.0 Mhz, alors que la bande FM était ouverte depuis peu jusqu'au 107.9 MHz.

On peut aussi constater que, si le Brabant wallon a été le berceau des premières radios libres d'animation locale comme Radio Louvain-La-Neuve et Radio Libre Terroir (Opprebais) - encore présentes dans cette liste-  et plus tard de nombreuses autres initiatives culturelles et commerciales,  aujourd'hui il n'y a plus que 7 stations indépendantes encore en activité.

 

 

En Bonus à cet article nous vous proposons une petite compilation de quelques photos, logos et extraits musicaux de radios du Brabant wallon, à diverses époques.