Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios belges francophones qui n’existent plus

 

        Extrait du quotidien La Lanterne du juin 1985.

 

 Nous ne sommes pas parvenu à savoir exactement quelle était cette station à qui se serait intéressée Europe 1. Dans les faits la radio périphérique française n'est en tout cas pas arrivée à ses fins, puisqu'elle n'a jamais été diffusée dans la capitale.

En ce qui concerne l'intérêt pour la Belgique d'Europe 1, le Moniteur Belge en a gardé un trace avec la création, 2 ans avant cet article (en 1983), d'une Radio Détente Humour N°1 dont les initiales font penser à une alliance entre le quotidien la Dernière Heure et Europe 1.

Les Liens entre IPM, l'éditeur de la Dernière Heure, et Europe 1 on refait surface en 2001 avec la diffusion sur Twizz (l'ancêtre de DH Radio) de plusieurs programmes d'Europe 1, comme "on va s'gèner" de Laurent Ruquier. Des programmes qui n'ont pas été repris sur DH Radio.

La petite soeur d'Europe 1 : Europe 2 à aussi été présente à Bruxelles à partir du 29 février 1992 et à par la suite été diffusée à Liège, Charleroi, Mons et dans le Brabant wallon. Elle a quittée la Belgique en 1994.

 

Nous avons consacré un article à Twizz ICI 

 

 

RADIO DETENTE ET HUMOUR NO1; 
1000    BRUXELLES
STATUTS
Publication :   1983-09-15     N. 008185 
Numéro de l'association : 818483    No TVA ou no entreprise :   424636405

 

 

Nous avons eu l'occasion de vous faire découvrir des documents exclusifs du bureau de l'Association pour la Libération des Ondes (ALO)) qui dévoilait la stratégie de brouillage délibérée organisé par les membres du bureau bruxellois de l'ALO contre radio Contact dans la cadre de la guerre des ondes entre radios associatives et radios commerciales. Ces brouillages sont l'objet de cet article de l'hebdomadaire Pourquoi Pas ? qui était proche des thèses des radios commerciales, et qui en janvier 1987 sera à l'origine, via son actionnaire principale, le groupe d'assurance Josi, du premier réseau de radios lancé en Belgique ( SiS). 

 

 

 

 

 

 Ce qu'on a appelé dans les années 80 "la guerre des ondes" entre radios, sévissait à la fois entre radios commerciales et socio-culturelles, mais aussi entre les radios commerciales elles-même. 

Cette guerre s'illustrait classiquement par des brouillages entre radios, trop nombreuses sur l'espace qui leur était réservé sur la bande FM. Elle prenait aussi d'autres formes comme l'emplacement des antennes qui était aussi très important avec les nouvelles possibilités techniques permettant de ne plus avoir les studios et les antennes au même endroit. 

 

  Note : Canal 5 a été affiliée par la suite à divers réseaux (Top fm, Europe 2, Chérie fm et NRJ, dont elle est devenue un simple relais à Charleroi)

Le site d'antenne en question, qui est un des meilleurs de Charleroi, a été longtemps utilisé par radio Contact, il héberge actuellement Fun Radio Charleroi.

Il faut aussi noter que comme le précise l'article, la DH fait écho ici à une radio avec qui le quotidien collaborait en matière d'informations.

On peut aussi remarquer que l'article ne s'émeut pas plus plus que cela que Canal 5 change d'elle-même sa fréquence simplement parce que celle qui lui a été attribuée ne lui plait pas. (101.1 Mhz à la place de 107.6 Mhz).                                

Avec du recul on peut dire que ce coup de force à été utile, Canal 5 ayant pu obtenir en 1992/1994, en échange du 101.1 MHz, récupérée par la RTBF, la fréquence 102.2 MHz qui est une des "bonnes" fréquences de Charleroi, aujourd'hui attribuée à radio Contact.