Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios belges francophones qui n’existent plus

 Ce qu'on a appelé dans les années 80 "la guerre des ondes" entre radios, sévissait à la fois entre radios commerciales et socio-culturelles, mais aussi entre les radios commerciales elles-même. 

Cette guerre s'illustrait classiquement par des brouillages entre radios, trop nombreuses sur l'espace qui leur était réservé sur la bande FM. Elle prenait aussi d'autres formes comme l'emplacement des antennes qui était aussi très important avec les nouvelles possibilités techniques permettant de ne plus avoir les studios et les antennes au même endroit. 

 

  Note : Canal 5 a été affiliée par la suite à divers réseaux (Top fm, Europe 2, Chérie fm et NRJ, dont elle est devenue un simple relais à Charleroi)

Le site d'antenne en question, qui est un des meilleurs de Charleroi, a été longtemps utilisé par radio Contact, il héberge actuellement Fun Radio Charleroi.

Il faut aussi noter que comme le précise l'article, la DH fait écho ici à une radio avec qui le quotidien collaborait en matière d'informations.

On peut aussi remarquer que l'article ne s'émeut pas plus plus que cela que Canal 5 change d'elle-même sa fréquence simplement parce que celle qui lui a été attribuée ne lui plait pas. (101.1 Mhz à la place de 107.6 Mhz).                                

Avec du recul on peut dire que ce coup de force à été utile, Canal 5 ayant pu obtenir en 1992/1994, en échange du 101.1 MHz, récupérée par la RTBF, la fréquence 102.2 MHz qui est une des "bonnes" fréquences de Charleroi, aujourd'hui attribuée à radio Contact.

 

 

Dans l'esprit de beaucoup de gens, les radios libres des années 80 étaient faites de bric et de broc avec peu de matériel et de faibles moyens financiers et humains. Si c'était en effet le cas pour beaucoup d'entres elles, certaines par contre étaient déjà de vrais petites entreprises comme Radio Métropole Charleroi. La station était l'une des plus importante radio libre commerciale de Belgique (avec Radio Contact à Bruxelles et FM56 à Liège).

Comme le montre cette annonce de 1982, Radio Métropole pouvait déjà se permettre d'engager des collaborateurs malgré l'insécurité juridique qui conduisait à de fréquentes saisies et l'illégalité de la publicité.

En 1987 Radio Métropole a rejoins le réseau SiS, un choix motivé par la concurrence féroce avec RFM lancée en 1984 par la Nouvelle Gazette, l'ancien partenaire presse de Métropole.

Note : 32 millions de francs belges équivalent aujourd'hui à 793.258 € un budget que sont loin d'atteindre une série de radios indépendantes aujourd'hui.  

 

 

 

Chaque lundi le quotidien "La Lanterne" ( Aujourd'hui La Capitale) publiait des infos sur les radios libres bruxelloises.

Note: il faut lire Belle Fm à la place de Bel FM, une erreur régulière de la presse quand elle parlait de cette station s'adressant aux femmes.

Il faut aussi noter que 2 radios céitées dans ses infos existent encore : Radio Contact et Radio Judaïca