Le site Archivesradios.be est exclusivement consacré aux radios belges francophones qui n’existent plus

 

Radio Sud-Est est une radio bruxelloise créée le 1er septembre 1979 à Etterbeek, dans le Sud Est de la Capitale. Le 1er studio de la radio se trouvait dans le chambre de son fondateur.

A l'époque le phénomène des radios libres est encore marginal et le fruit d'initiatives personnelles. La station fonctionnait avec d'environ 1.500€ de matériel, son émetteur ne faisait que 5 watts ce qui permettait à la radio d'être même captée dans le Brabant wallon.

Assez vite pour développer ses activités elle a besoin d'un vrai local et d'une meilleure infrastructure. Elle se rapproche alors de Radio Iris, une radio bruxelloise proche du Front Démocratique des Francophones (FDF, Aujourd’hui Défi). L'association entre les 2 radios permet à Radio Sud-Est d'intégrer les studios de Radio Iris au centre sportif de Woluwé-Saint- Lambert.

Radio Sud-Est émettra le week-end et Radio Iris la semaine. C'est aussi ensemble que les 2 radios déménageront pour occuper un étage d'une maison de maître grâce à l'aide de 2 associations proches du parti. Si du côté de Radio Sud-Est les choses se passent bien et les émissions se développent, du côté de Radio Iris les animateurs ont de plus en plus de mal à supporter les interférences politiques dans leurs émissions. Ces tensions amènent assez vite la grande majorité des animateurs de Radio Iris à vouloir créer une nouvelle station dont l'objectif serait plus professionnel et commercial. Ils préparent discrètement la naissance d'une station qui sera promise à un bel avenir : Station Indépendante Satellite (SiS).

Au cours d'une réunion "secrète", devenue par la suite célèbre, Ginger Joe, Lucifer, Clovis, Stefan Show, et le responsable de Radio Sud-Est décident de la fin de Radio Sud-Est et de l'intégration à la nouvelle station grâce à une émission intitulée "Viva California" diffusée les samedis et dimanches de 8h à 13h sur SiS.  

Le 30 novembre Radio Sud-Est fait ses adieux au cours d'une grande soirée à l’hôtel communal d'Etterbeek, qui réunit plus de 900 personnes et une multitude de vedettes venues chanter bénévolement pour l'occasion. Si Radio Sud-Est est une des premières radios bruxelloises, elle est aussi une de celles dont l'existence a été la plus courte : à 2 jours près elle n'a duré qu'un an.

  Un extrait de l'indicatif de Radio Sud-Est 

 

 

 

 

 

C'est le 20 février 1982 que Radio Franchimont débute sur les ondes à Theux. La station émane de l'asbl Chevalerie de l'ordre du Chuffin, dont un des buts est la promotion du folklore local.

Très vite RFT (Radio Franchimont Theux) déménage au 2e étage d'un bâtiment communal restauré grâce au concours des membres et sympathisants de l'asbl. Les nouveaux locaux sont inaugurés le 28 février 1983 par le président Pascal Dombart. Les studios sont pour l'époque à la pointe de la technologie avec 2 locaux techniques séparés, 2 studios d'animation insonorisés et une grande salle de réunion. Ces locaux ont toujours eu une vocation musicale. Ils ont abrité jusqu'au début des années 80 la fanfare de l'Union fraternelle de Theux, et après la fin des activités de la radio, ils ont servis de local de répétition au groupe folk "Excalibur" une autre section de l'asbl Chevalerie de l'ordre du Chuffin.

Radio Franchimont ne diffusait pas de publicité à l'exception d'un partenariat occasionnel d'un commerce local pour l'organisation de jeux radiophoniques. La station était financée uniquement par le milieu associatif de Theux en échange d'un accès privilégié aux ondes et par les activités organisés par la radio (soirée dansantes, etc.)

Les programmes n'étaient diffusés que du vendredi 17h au dimanche minuit. Plus tard pour limiter les frais de (principalement les droits d'auteurs), les programmes seront limités au samedi et au dimanche malgré quelques exceptions fin des années 80 avec une émission "pour les ménagères" le mardi et puis le mercredi matin.

En 1985, une équipe de RFT met en place, pour un week-end, le premier réseau de radios de la province de Liège, à l'occasion du rallye des boucles de Spa avec la collaboration de 7 radios qui relayaient le programme de Radio Franchimont dans toute la province. Cette expérience sera renouvelée pour les boucles de Verviers la même année. Ce sera l'occasion pour des animateurs de RFT de se sentir pousser des ailes et de rejoindre les premières radios commerciales. D'autres créeront leurs propres radios comme Radio Concept à Verviers (devenue par la suite SiS) ou FHS à Spa (devenue Radio Ciel) .

A la même époque, Radio Franchimont est une des premières radios reconnues officiellement par la Communauté française. Elle se voit alors attribué une nouvelle fréquence et passe du 101 au 107.5 MHz. Une fréquence plus dégagée sur le papier mais moins facilement captable en raison de la prédominance chez ses auditeurs de récepteurs n'allant pas au-delà du 104 MHz. Fin des années 80, et pendant une petite année, Radio Franchimont relaie en partie en semaine Radio Opéra, la radio crée au sein de l'Opéra royal de Wallonie.

RFT espérait mettre sur pied le même type de collaboration avec Radiolène, la radio verviétoise de la RTBF mais cela ne fut jamais possible. Au début des années 90, une autre collaboration naquit avec la rédaction sportive du journal Le Jour et Radio Nostalgie (2 médias liés au groupe Vers l'Avenir) pour la retransmission en direct des matchs du club de foot de Theux monté en promotion. D'autres décentralisations ont permis aux habitants de Theux de vivre "à la radio" leur foire Saint Hubert, la fête de la musique (Autour du Perron), les  résultats des élections communales ou autre " Foire Médiévale".

Fin 1993, la radio est confrontée à un phénomène bien connu dont nous avons déjà fait écho dans d'autres articles: l'épuisement des équipes fondatrices, la difficulté de recruter de nouveaux animateurs bénévoles, encore accentuée en zone rurale, les difficultés financières, le difficile renouvellement du matériel d'émission Tout cela fait que la direction de la radio décide, le 28 novembre, de jeter l'éponge et de rallier le réseau Radio Contact sous le nom de radio Contact Spa-Franchimont, avec encore quelques émissions et direct assurés en local .

En 2008, le nouveau plan de fréquence supprime sur la région verviétoise la fréquence du 107.5 mHz qui avait continué à être occupé par le réseau Radio Contact jusque-là. Le bâtiment du 41 rue de la Hoëgne qui avait abrité les derniers studios de la radio (qui étaient restés "quasi" opérationnels) est démoli pour la construction de la nouvelle caserne des pompiers. Le bâtiment du n°19 qui avait accueilli les premiers studios a lui, été démoli l'année précédente. Seul subsiste encore le vieux mât d'antenne, mais pour combien de temps encore, sur la colline de Chavieumont.

 

 la bande annonce des Boucles de Verviers

 

 

merci à Eric Lamblotte 
 

 

 

RFM (Belgique) est une initiative du groupe de presse Rossel (éditeur, entre-autre, du journal Le Soir) qui, en 1987, réunifie les 8 stations que Rossel avait fondée ou rachetés depuis quelques années sous une bannière unique.

L'arrivée de Rossel en FM débute par des accords dès 1981 entre la Nouvelle Gazette et radio Métropole (qui a rejoint plus tard le réseau SiS) mais c'est la création le 22 septembre 1983 de Radio Fréquence Musique à Mons qui a été à le point de départ du réseau.

En 1984 est constitué la SA INADI dont la majorité du capital était détenue par la société éditrice de la Nouvelle Gazette. Cette société se lance dans l'exploitation et le rachat de radios privées. En 1985 sont lancées RFM Charleroi et FM Le Soir à Bruxelles, et la reprise de FM Namur et celle de FM la Meuse à Liège. En 1986 Rossel complètera sa couverture avec le rachat de WNC à Nivelles et de FM+ à la Louvière (voir à ce sujet les articles consacrés à WNC et à radio 9).

La caractéristique du réseau de Rossel c'est qu'il n'est pas constitué, comme les autres réseaux, de stations franchisées. La société Rossel est majoritaire dans toutes les radios qu’elle exploite. Elles ont toutes la même régie publicitaire et une même politique commerciale. Un audit interne confirme l'idée de Rossel qu'il faut dynamiser ses radios en centralisant certains services.                                                                 

Le 26 janvier 1987 la décision est prise d'adopter une stratégie de réseau sous le nom commun d'RFM. Le 1 mars 1987 les radios passent sous la bannière RFM avec Bruxelles comme quartier général.

A partir de ce moment-là les radios ne sont plus inféodées aux journaux du groupe mais dépendent d'une société de services émanant d'un groupe de presse. RFM se présente comme une marque qui doit être vendue indépendamment des journaux mais dont elle garde bien sur l'appui solide.

Les programmes de RFM sont à mi-chemin entre radio 2 (RTBF) et RTL. RFM se veut une station généraliste avec 65% de musique avec un mixe de contenu, d'informations, les jeux et la participation de vedettes.              

Dans une plaquette de présentation de la radio, son directeur de l'époque précisait que "RFM accordait une importance primordiale à la personnalité des animateurs qui devaient être chaleureux, conviviaux et proche de l'auditeur" il rajoutait qu'RFM "n'avait pas honte d'être une radio qui ressemble aux auditeurs, d'être le transistor posé sur le frigo de la cuisine".

Du côté de l'information chacune des stations régionales possédait sa propre rédaction, composé de journalistes professionnels ce qui faisait de RFM la station privée la mieux pourvue en la matière (groupe de presse oblige) avec 19 journalistes.

RFM a commencé à battre de l'aile quand la RTBF s'est mise à diffuser de la publicité commerciale alors que le but de la diversification de Rossel en radio était justement de capter une partie de la publicité radio et télé.

La meilleure manière de revaloriser le produit était de modifier son nom et son format avec l'aide d'un partenaire qui souhaitait consolider son encrage en Belgique et qui avait aussi envie de radio, ce partenaire c’est RTL-TVI. La transition entre RFM et Bel-RTL s'est faite en douceur et en 3 semaines, le temps que la nouvelle équipe se mette en place et répète en circuit fermé. L'idée était d'assurer sur antenne à la fois la continuité et la scission, qui se concrétisa par le concept des "tout": chaque jour un thème musical ou un artiste différents sans animateurs.

Le 9 aout 1991 RFM suspendait ses émissions. Le 10 aout les "tout" étaient lancés sur antenne. Le 2 septembre 1991 à 5 heure du matin Bel-RTL était sur les ondes

 

le son: un extrait de RFM Brabant wallon (ex RGN) en 1987

 

le son: un extrait de RFM Brabant wallon (ex RGN) en 1987

et un extrait des tout: